Henner : ses maîtres…

novembre 22, 2011 · Print This Article

Nous parlons souvent d’Henner et sommes amenés à évoquer son maître : Goutzwiller. Il est resté proche de lui durant toute sa vie et ils correspondaient très régulièrement, de sorte que l’œuvre d’Henner est très documentée.

Charles Goutzwiller - Retable d'Issenheim, vers 1866-1875 (photogravure)

Mais que savons-nous de celui qui a formé notre peintre dès son adolescence, au Collège d’Altkirch ?

Goutzwiller  (1819-1900) donnait à Henner son cours préféré :

« Je ne vivais réellement qu’une heure par jour, pendant la leçon de dessin ».

Il se trouve qu’ayant décelé le talent de son jeune élève, il lui donnait des leçons supplémentaires, chaque matin à 6h, chez lui !

« Les écrits que l’autodidacte Charles Goutzwiller a consacré à l’oeuvre de Martin Schongauer et à ses prédécesseurs vers 1875 sont d’une grande importance pour l’histoire de l’art francais. Ils témoignent d’une connaissance précise des recherches en matière d’histoire de l’art aussi bien en France qu’en Allemagne de 1840 à 1870. Dans ses écrits, Goutzwiller est décidé de retirer aux allemands la vie et l’œuvre de Schongauer. Originaire d’Altkirch (1819-1900), Goutzwiller était le maître de dessin de Jean-Jacques Henner, le portraitiste alsacien. Depuis 1855 il occupait le poste de secrétaire en chef de la mairie de Colmar et était un des membres les plus influents de la société Schongauer. Après la guerre de 1870/71 et l’annexion de l’Alsace par les allemands il a quitté son pays natal pour rejoindre Paris où il poursuivit son activité          de graveur et de chercheur en histoire de l’art. Il vécu dans le milieu alsacien de la capitale et resta en contact avec Eugène Müntz dont il illustra l’œuvre sur Raphaël. A la demande de la société Schongaueril reprit ses études sur le musée de Colmar dont il publia les résultats en 1866 et 1867. »

(http://www.randoenalsace.fr/biographies/charles-goutzwiller/ Traduction libre : Martin Schieder : Im Blick des Anderen : die deutsch-französischen Kunstbeziehungen 1945-1959).

Nous savons peu de chose sur ce cher Goutzwiller, mais les quelques éléments dont nous disposons révèlent qu’il était un homme de culture. Il a également été assez honnête et généreux pour envoyer Henner étudier dans l’atelier d’un autre peintre, quand il comprit qu’il ne lui apprendrait désormais plus grand-chose. Dès lors, il eut un rôle important dans la vie d’Henner : il devient l’un de ses plus fervents soutiens, et pour s’en convaincre, il suffit de lire leur riche correspondance. C’est ainsi qu’Henner devint  l’élève de Gabriel Guérin à Strasbourg. Ensuite, grâce à l’aide financière du Conseil général du Haut-Rhin, il poursuit ses études à Paris, à l’École des Beaux-arts et dans les ateliers de Drolling et de Picot.

Comments

Got something to say?